Les diagnostiqueurs et le DPE encore dans la ligne de mire de l’UFC Que Choisir

Ce n’est pas la première fois que le magazine d’association de consommateurs tire à boulet rouge sur la profession. Il réitère l’opération avec résultats d’enquête à l’appui. C’était sans compter la riposte des professionnels et notamment de la FNAIM venue défendre la profession et surtout rétablir des informations quelque peu erronées…

DPE étiquette énergie diagnostic immobilier

L’UFC QUE CHOISIR N’EN EST PAS A SON COUP D’ESSAI

 

Effectivement le magazine entend bien défendre les intérêts du consommateur et l’informer sur le DPE.

Depuis 2008, les enquêtes et communiqués de presse se succèdent et se ressemblent…

En février 2011 paraissait un communiqué de presse de l’association de consommateurs « DPE, des diagnostics toujours aussi peu performants ! » précisant qu’ « en 2008, date de la précédente enquête, l’UFC-Que Choisir s’indignait du caractère aléatoire du classement des DPE sur l’échelle de A à G. En 2011, force est de déplorer que rien n’a changé. »

En décembre 2011, c’était un dossier intitulé « Diagnostic de performance énergétique, on reste loin du compte » et ayant pour introduction : « Les DPE c’est la loterie, dénonçait Que Choisir en mars dernier. Depuis, le gouvernement a pris des mesures pour les rendre plus fiables. Elles entrent en vigueur ce 1er janvier. Décryptage. » L’annonce était un peu prématurée, les travaux sur la fiabilisation du DPE étant toujours en cours…

En septembre 2012, sortait l’enquête « Diagnostics de performance énergétique, C’est toujours la loterie » faisant à nouveau états de résultats « catastrophiques ».

Enfin ce 2 octobre dernier, l’UFC Que Choisir revenait à la charge avec son dernier communiqué de presse en date : « Fiabilité des DPE, De Piètres Évaluations… Ça suffit ! », avec une artillerie de superlatifs en sus : « enquêtes accablantes », « caractère folklorique des prestations », « recommandations fantaisistes »…

 

 

LA FNAIM RIPOSTE

 

Ne perdant pas de temps, dès le 3 octobre, Claude Pascal, Président de la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM, adressait une lettre au Président de l’UFC Que Choisir rappelant les points suivants :

Les travaux autour du plan de fiabilisation du DPE lancés par le précédent gouvernement, et confirmés par l’actuel, sont toujours en cours et l’application du nouveau DPE a été décalée au 1er janvier 2013.

Le plan de fiabilisation du DPE s’articule sur 6 axes :

  1. Montée en compétence des diagnostiqueurs avec la double certification
  2. Transparence accrue
  3. Amélioration de la méthode de calcul
  4. Utilisation de logiciels validés avec homologation
  5. Une base de données en ligne
  6. Un contrôle plus efficace avec entre autres l’annuaire des diagnostiqueurs certifiés et le contrôle in situ sur une prestation réalisée qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2013

Claude Pascal souligne également la pression subie par les diagnostiqueurs, de la part des propriétaires vendeurs, depuis le couplage du DPE avec le Prêt à Taux Zéro Plus.

Il conclut qu’il est « donc  très facile de tirer à boulet sur une profession qui, sur ce dossier presqu’encore plus que sur d’autres, a su être responsable et constructive pour être force de proposition afin d’améliorer le dispositif actuel. » Et qu’ « il est bien plus difficile de faire de la pédagogie autour d’un sujet technique et complexe, comme l’est le DPE. »

 

 

UN OBJECTIF COMMUN

 

Il semble que l’UFC Que Choisir n’ait pas pris en compte le fait que sa volonté d’information et d’amélioration du dispositif DPE est un objectif important de la profession des diagnostiqueurs. Ainsi ne serait-il pas souhaitable de travailler de concert pour informer et former les particuliers sur ce sujet encore en pleine évolution qu’est le DPE, plutôt que de stigmatiser une profession encore mal comprise ces particuliers ?

 

Pour en savoir plus : Lettre du Président de la Chambre des diagnostiqueurs immobiliers FNAIM au Président de L’UFC Que Choisir

Laisser un commentaire

*